Services Coop de France

Solutions pour accélérer les performances des coopératives agricoles

Services Coop de France

Solutions pour accélérer les performances des coopératives agricoles

9 préjugés sur la RSE et comment y répondre

1/ CELA N’EST PAS ADAPTE POUR NOUS, NOTRE COOPERATIVE EST TROP PETITE Mettre en place une démarche RSE ne consiste […]

1/ CELA N’EST PAS ADAPTE POUR NOUS, NOTRE COOPERATIVE EST TROP PETITE

Mettre en place une démarche RSE ne consiste pas à multiplier les procédures et à vouloir tout appliquer toute de suite.
Il faut réfléchir aux actions qui sont pertinentes du point de vue de votre activité, de votre taille. Cette réflexion peut porter aussi bien sur les aspects financiers mais aussi économiques ou environnementaux.
Avoir une petite taille n’est pas un frein et peut au contraire être un atout précieux car un nombre d’employés restreint permet d’avoir un dialogue plus aisé avec ses salariés, une communication rapide à l’intérieur de la coopérative ou avec les adhérents par exemple.
C’est l’occasion d’impliquer tout le monde dans un véritable projet d’entreprise.

 

2/ CE N’EST PAS NOTRE PRIORITE

Les sujets touchés par la RSE sont très nombreux. Il est possible de commencer par de petites actions. Le jour où l’une de vos parties prenantes, client, banquier, assureur, adhérent, vous demandera ce que vous faîtes en matière de RSE, vous aurez une (ou même des) réponse à lui apporter car vous aurez anticipé une demande de plus en plus pressante.
Engager une démarche RSE dès maintenant c’est être dans l’anticipation et non dans la réaction. Vous vous donnez le temps de faire les choses à votre rythme, sans pression superflue.

 

3/ CELA NE FAIT PAS PARTIE DE NOTRE STRATEGIE

Et si vous mettiez la RSE au service de votre stratégie ? Et si agir de manière responsable vous permettez d’atteindre vos objectifs et plus encore ?
Mettre en place une démarche RSE c’est réfléchir aux actions durables et responsables que l’on peut mettre en oeuvre, pour l’environnement mais aussi et surtout pour la coopérative.
Agir de manière durable c’est se donner les moyens d’atteindre ses objectifs et le plus longtemps possible. Cela permet de se différencier et de consolider son projet d’entreprise.

 

4/ NOUS VOULONS AVANT TOUT ÊTRE PROFITABLE

C’est évident, et mettre en place une démarche responsable peut vous y aider en gagnant en performance. Saviez-vous que 1% d’absentéisme coûte 1.87% de la masse salariale (1) ? En travaillant sur cet axe, par exemple, vous pouvez faire de précieuses économies. Sans compter que si vos salariés sont heureux au travail, ils seront trois fois plus productifs.
Oeuvrer pour diminuer ses dépenses énergétiques est un autre moyen d’agir à la fois pour l’environnement et pour le porte-monnaie de l’entreprise, cela peut représenter jusqu’à 20% d’économie ! Plus des deux tiers des dirigeants interviewés considèrent les initiatives durables comme créatrices de nouvelles sources de revenus. Plus de la moitié estiment que leurs activités durables leur confèrent d’ores et déjà des avantages sur leurs concurrents directs (2).

 

5/ CELA COÛTE TROP CHER

Trop cher par rapport à quoi ? Il est vrai que certains process comme les achats dits « responsables » peuvent engendrer des surcoûts. Mais la qualité de vos matières premières sera une valeur ajoutée à vos produits. Cet équipement plus cher à l’achat sera plus robuste et au final vous reviendra moins cher sur la durée de son utilisation. Vous aurez également sécurisé vos relations avec votre fournisseur et serez alors toujours en mesure de proposer des produits finis en respectant les délais et la qualité.
Combien coûte la perte d’un client mécontent ? Combien coûte la dévalorisation de l’image d’une entreprise ? Les gains liés à la gestion du risque et à la baisse des coûts grâce à des pratiques d’achats responsables se mesurent en plusieurs dizaines d’euros (3). Peut-être que ça coûte une plus, mais c’est un investissement qui rapporte.

 

6/ NOUS N’AVONS PAS LE TEMPS

Mettre en place une démarche RSE n’est pas censé être chronophage. Elle peut être utilisée comme une méthode pour structurer le fonctionnement de la coopérative et ainsi gagner en performance sur l’ensemble de ses activités. L’objectif n’est pas de tout faire tout de suite mais de mettre en place un plan d’actions progressif sur le moyen terme afin d’allier productivité et amélioration continue. Il ne s’agit pas de faire plus mais autrement.

 

7/ C’EST UNE HYPOCRISIE DE PLUS !

On entend beaucoup parler de « greenwashing » : certaines entreprises pour paraître meilleures, plus citoyenne, s’inventent des qualités (environnementales généralement) rendant son image plus verte. Mettre en place une démarche RSE ne consiste pas à « verdir » sa coopérative mais à s’engager dans une voie de progrès global. Certes vous pourrez communiquer sur vos actions, cela vous permettra de vous différencier mais cette communication sera fondée sur des arguments tangibles et structurés, suivis par des indicateurs vérifiables.

 

8/ C’EST BON POUR LES JEUNES

La RSE n’est pas une question d’âge, elle touche toutes les générations. La définition du développement durable n’est-elle pas de répondre à ses besoins sans compromettre les capacités de futures générations à répondre aux leurs ? Nous sommes tous concernés. Avoir une démarche responsable est encore plus pertinent en période de crise car la structuration qu’elle offre est porteuse de sens aussi bien pour les salariés que pour les consommateurs. Ces derniers sont de plus en plus nombreux (48%) à privilégier ou chercher à remplacer certains produits par des produits plus durables (4). Et même si vos produits ne sont pas commercialisés directement au consommateur final, vous faites partie d’une chaîne.

 

9/ NOUS NE SOMMES (HEUREUSEMENT) PAS CONCERNES PAR LA REGLEMENTATION

Aujourd’hui oui mais demain ? La taille de votre coopérative peut évoluer de telle sorte que vous devenez concernés, les seuils peuvent être baissés …
Vous avez tout intérêt à anticiper plutôt que de subir. Ne considérer la RSE que sous l’angle de la réglementation est biaisé. Compléter un rapport pour essayer de donner le change sur 29 critères, ce n’est pas de la RSE.
Avoir une démarche responsable et durable, c’est être engagé dans une démarche d’amélioration continue pour sa coopérative et l’ensemble de ses parties prenantes. Avant le législateur, sans doute un client ou un banquier pourront vous demander des comptes.
A vous d’imaginer et de construire votre propre démarche, celle qui vous ressemble et qui porte vos valeurs.

 

(1) Baromètre de l’absentéisme, Alma CG & Goodwill-management, 2014
(2) Etude IBM BIV 2011 : Driving performance through sustainability, IBM INSTITUTE FOR BUSINESS VALUE, 2011 // www-935.ibm.com/services/thouthtleadership/ibv-performance-troughsustainability.html
(3) Etude ECOVADIS-PRICEWATERHOUSE-INSEAD, 2010
(4) Les Français et la consommation responsable, étude ETHICITY, MARS 2013 // www.blog-ethicity.net

 

Besoin d’aide pour votre démarche RSE ?
Contactez-nous : services@servicescoopdefrance.coop

 

le 29 May 2018

Par

"Une question ? Un besoin ? Contactez : services@servicescoopdefrance.coop"