Services Coop de France

Solutions pour accélérer les performances des coopératives agricoles

Services Coop de France

Solutions pour accélérer les performances des coopératives agricoles

Exacerber le potentiel des cadres – Cycle Agromanager

Le cycle Agromanager élargit les compétences des dirigeants et cadres de la coopération sur la stratégie, le management, la finance, […]

Le cycle Agromanager élargit les compétences des dirigeants et cadres de la coopération sur la stratégie, le management, la finance, ainsi que la gestion de projets. Outre les apports théoriques, il privilégie les cas concrets et les échanges entre stagiaires.

Ce cycle de perfectionnement, destinée à fournir aux dirigeants et aux cadres de la coopération les compétences pour répondre aux évolutions des entreprises, s’élargit de surcroit avec un quatrième module : « outre les trois thématiques présentes depuis le début (stratégie, management, gestion-finance), un nouveau module sur la gestion de projet est proposé » souligne Véronique Mesplier (Services Coop de France). Depuis sa création en 1992, près de 200 participants ont suivi cette formation, à raison de 16 stagiaires par promotion. 16 seulement car les études de cas se réalisent par sous-groupe de 4, chacun des deux formateurs pouvant suivre deux sous-groupes. « Pédagogiquement, c’est le maximum pour assurer les échanges » estime Claude Mauguit, l’un des deux formateurs. A 68 ans, ce chef d’entreprise a travaillé dans la distribution alimentaire puis la distribution automobile avant de créer son cabinet de conseil dans l’univers de l’économie sociale et solidaire. Il a enseigné en parallèle pendant trente-cinq ans, au CNAM puis à l’Institut de Gestion.

 

Pragmatisme et échanges

« Construit dans la continuité des formations précédentes, le nouveau cycle conserve leurs caractéristiques principales. Au-delà de l’apport classique, didactique, de connaissances, la formation est très concrète afin d’être très opérationnelle. Elle fournit une boite à outil pour que les stagiaires puissent mettre en œuvre ce qu’ils ont appris le plus vite possible » poursuit le formateur. Le cycle se base sur l’alternance entre les apports de l’enseignant en terme de méthode et ceux du groupe à travers les échanges et l’analyse des cas «les stagiaires doivent partir en disant : « je sais faire » sur les différentes fonctions de l’entreprise. Le programme est conçu pour que les responsables en acquièrent les fondamentaux ». L’intelligence opérationnelle qu’il propose s’inscrit à l’opposé d’un schéma technocratique du savoir qui descendrait du sachant vers l’apprenant. « Nous voulons que les stagiaires soient en capacité de valoriser leurs capacités personnelles pour prendre de la hauteur et de l’efficacité. Pas de théorie exclusive mais du concret et de l’implication ». D’ailleurs, le formateur note que l’immense majorité des dirigeants qui suivent la formation travaillent bien au-delà des jours de présence afin d’en tirer le maximum. « Ils doivent gagner en efficience et en productivité dans un monde qui change de plus en plus vite. Pour cela, il leur faut sortir du syndrome des certitudes et construire des hypothèses réalistes puis chiffrées. » Le sujet du projet est déterminé par les stagiaires eux-mêmes. Certains se sont penchés sur l’amélioration de la fidélisation dans la gestion des clients par exemple.

Au total, 8 journées sont consacrées à la stratégie et au développement de l’entreprise, 8 à la profession de manager, 6 au droit du travail, à la gestion et à la finance et, donc, 5 de plus au management de projet autour des 3P : Préparer, Piloter et Progresser. Ces 27 journées sont espacées tout au long des 18 mois afin que les stagiaires prennent du recul sur les acquis et les confrontent aux réalités de leur terrain.

« Nous avons également remanié le module gestion et finance » précise Claude Mauguit « mais l’essentiel des modifications porte bien sur la gestion de projet qui offre de nouveaux outils au manager. Il doit obtenir que son équipe s’approprie l’objectif à atteindre, que les hommes et les femmes réfléchissent eux-mêmes aux moyens à mettre en œuvre, que chacun d’eux soit responsabilisé sur une partie de l’accès à l’objectif ».

 

 Une efficacité prouvée

« L’espace entre les sessions me paraissaient très longs, mais avec du recul, il s’agit d’un vrai avantage pour s’ouvrir aux choses apprises et progresser entre deux sessions » estime Gaëlle Liothin, responsable du site Dauphidrom de la coopérative Sicarev (38). Après son BTS, elle est entrée dans la coopérative et a progressé peu à peu mais sans vraie formation de comptabilité par exemple. « Le module gestion finance a été le plus difficile pour moi. Je ne dirais pas que je suis capable de faire la compta maintenant, mais  je peux discuter avec les comptables. Evidemment, ce n’est pas la même chose pour un stagiaire qui serait directeur financier ». Elle confirme la richesse des échanges : « Chez Dauphidrom, nous assurons la valorisation de la production des bovins de nos adhérents. Lors de la formation, j’ai pu rencontrer une grande diversité de stagiaires d’horizon vraiment très différents. Nous avons échangé sur les particularités de nos coopératives, mais aussi de nos métiers. Les exemples concrets qu’apportent les uns et les autres viennent en complément des explications du formateur ce qui enrichit le contenu. Quand vous travaillez en groupe sur un conflit qu’a vécu un stagiaire, vous êtes bien mieux prêt à en gérer un vous-même ensuite » illustre Gaëlle Liothin.

Trois avantages selon Gaëlle Liothin, responsable de Dauphidrom :

Outre les connaissances acquises et le bon équilibre entre la théorie, la pratique et les échanges, j’ai particulièrement apprécié :

  • La grande diversité des stagiaires soudés et désireux de faire partager leur expérience, pour découvrir des filières différentes mais aussi nos points communs ;
  • Le choix des formateurs, haut de gamme et très impliqués dans la formation comme dans les échanges entre participants ;
  • Le temps entre deux sessions pour faire murir ce que l’on apprend.

 

Lancement de la 17ème promotion – D’octobre 2017 à Juin 2019, consultez le programme et inscrivez-vous dès à présent : https://www.servicescoopdefrance.coop/formation/agromanager-17e-promotion/

Votre contact AGROMANAGER : Véronique MESPLIERveronique.mesplier@www.servicescoopdefrance.coop

le 02 May 2017

Par

"Conseiller Formation en charge du parcours Agromanager, de CQP et de formations Management et Développement personnel. Je reste à votre disposition pour toute information."