Le blog

2 mars 2020

Des économies d’énergie grâce à un meilleur débit de nettoyage des grains

Nettoyer le grain dès réception est une source d’économies à plus d’un titre. L’augmentation du débit de l’équipement de nettoyage peut donc s’avérer stratégique.

Le nettoyage du grain à sa réception a un intérêt sanitaire évident mais il permet aussi des économies d’énergie.

Tout d’abord, cette pratique permet de ne ventiler que du grain propre. La présence d’impuretés dans les grains réduit en effet l’efficacité de la ventilation et entraîne une surconsommation d’énergie à cette étape. Rappelons que la ventilation représente 30 à 75 % de la consommation d’un silo.

Par ailleurs, nettoyer le grain dès la réception évite de devoir le reprendre ultérieurement pour cette seule raison. Alors que le nettoyage à la réception ne nécessite que l’ajout d’un élévateur, la reprise du grain pour cette opération entraîne la mise en route de tout un circuit de transilage, soit plusieurs équipements de manutention et toutes les aspirations de poussières obligatoirement associées.

 

Un débit souvent pénalisant

Malheureusement, la tentation est grande de se dispenser du nettoyage pour ne pas ralentir le débit de réception en cas d’affluence au silo. Et pour cause, cet équipement est souvent le goulot d’étranglement de l’ensemble du circuit. « Dans la majorité des silos, je constate que le débit de l’opération de nettoyage est souvent bien inférieur au débit des autres équipements de manutention du circuit de réception. Il n’est pas rare qu’il soit deux fois moins important que celui du reste du circuit. Or le débit de l’ensemble est conditionné par l’équipement ayant le plus faible débit. Le nettoyage des grains peut alors conduire à multiplier par deux le temps de réception, constate David Salardaine, consultant énergie pour La Coopération Agricole Solutions+. Cela a deux conséquences. D’une part, cela oblige les autres équipements à tourner en dessous de leur plein régime et entraîne une surconsommation globale de la chaîne de manutention. D’autre part, cela motive les équipes silo à supprimer le nettoyage à la réception pour le faire plus tard une fois la moisson terminée, loin du stress de la récolte mais à un coût énergétique bien plus important ! »

 

Optimiser les réglages

Pour éviter ces dépenses inutiles, il convient donc d’agir sur le débit du nettoyeur. Dans les installations déjà en place, il est souvent possible d’optimiser les réglages. « L’équipement de nettoyage est souvent réglable selon les grains et l’objectif de nettoyage. Ces réglages influent sur le débit. Or je constate que les réglages restent souvent inchangés, explique David Salardaine, il y a là un premier levier d’optimisation du débit de cet équipement ». Quant aux futures installations, il est pertinent de les concevoir de façon à doter l’ensemble des équipements du circuit d’un débit similaire y compris le nettoyeur.  Il faut être vigilant car le débit maximum annoncé par le fournisseur est rarement le débit en condition réelle pour un travail qualitatif.

 

Si vous souhaitez faire des économies d’énergie durant le stockage et le travail du grain, contactez David SALARDAINE

  • Inscrivez-vous à la newsletter

    • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
  • 43, rue Sedaine / CS 91115
    75538 PARIS Cedex 11
    Tél. : 01 44 17 57 00
    Fax : 01 44 17 58 18

Télécharger le catalogue