Services Coop de France

Solutions pour accélérer les performances des coopératives agricoles

Services Coop de France

Solutions pour accélérer les performances des coopératives agricoles

Prévention des explosions de poussières : Analyser accidents et presque accidents

La réglementation pose les cadres de la prévention des explosions de poussières. Sur cette base, les entreprises construisent leurs actions […]

La réglementation pose les cadres de la prévention des explosions de poussières. Sur cette base, les entreprises construisent leurs actions combinant investissements, maintenance et, surtout, un travail de fond sur les comportements.

 

Le 16 février 1979, la minoterie Rolandmiihle de Brème (Allemagne) explose, faisant 14 morts et 17 blessés. Cet accident engendre la première réglementation européenne sur la prévention des explosions de poussières. Puis le 18 octobre 1982, l’explosion du silo d’orge de Metz (12 morts, 1 blessé) et, surtout, le 20 août 1997, celle du silo de Blaye (11 morts, 1 blessé), modifient le cadre réglementaire en France.

En effet, les silos soumis à autorisation, au titre de la législation « installations classées », réglementés par l’arrêté ministériel du 11 août 1983, puis par celui du 29 juillet 1998, relèvent actuellement de l’arrêté ministériel du 29 mars 2004, également appelé « l’arrêté silos ».

Sans remonter jusqu’à la première explosion répertoriée de poussières de céréales de 1785 (boulangerie Giocomelli, dans le Piémont en Italie), due à la sécheresse inhabituelle des grains après plus de cinq mois sans pluie, la liste des explosions historiques met en évidence un fait incontestable : les poussières agricoles explosent et ça n’arrive pas qu’aux autres, comme l’a encore montré, malheureusement, en juin dernier, l’explosion d’un silo du Comptoir Agricole, sur le site Silostra-Silorins à Strasbourg (lire AD n° 295, p. 10).

« Les stockages sont aussi concernés par la réglementation Atex, qui proposede bons outils de prévention, note Matthieu Reimeringer, de Services Coop de France. Les gros sites soumis à autorisation doivent en plus réaliser une étude de simulation d’explosion. Dans tous les cas, voir une explosion de poussières fait prendre conscience des risques. » Outre les formations proposées pour cela, certains documents sont disponibles  en ligne. C’est déjà le cas pour l’explosion, le 23 février dernier, du silo portuaire de Grande-Synthe près de Dunkerque (1), ou encore le retour très pédagogique de la CSB (Chemical Safety and Hazard Investigation Board) sur l’explosion de l’usine Impérial Sugar (2) qui a fait, le 7 février 2008, 14 morts et 38 blessés graves à Port Wentworth en Géorgie (Etats-Unis).

 

VOIR, REVOIR ET FAIRE VOIR

En France, les analyses principales sur les accidents proviennent des assurances (dont leur filiale le CNPP), de l’Inéris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) et de l’Aria, avec sabase de données du Barpi (Bureau d’analyse des risques et pollutions industrielles). Une mise à jour du « guide silo » de Coop de France devrait être aussi disponible en ligne d’ici la fin de  l’année. « Le retour sur les accidents, même s’il n’existe pas de statistiques par type d’équipements, montre que les élévateurs et les filtres à poussières sont particulièrement à risque. Mais il ne faut pas s’arrêter uniquement aux accidents d’ampleur, car les presque accidents sont également porteurs d’enseignements », souligne Matthieu Reimeringer.

La formation des opérateurs assure trois objectifs :

  • comprendre les phénomènes d’incendie et d’explosion,
  • être capable d’identifier les situations à risque,
  • savoir s’en prémunir et se protéger.

Les consignes de prévention sont claires :

  • limiter les sources d’inflammation (ne pas fumer dans les installations, établir un permis de feu, effectuer des rondes de surveillance deux heures après des travaux
  • ne pas utiliser de matériel défectueux ou hors norme)
  • limiter la présence de poussières (veiller à l’étanchéité des circuits, nettoyer, éviter la mise en suspension et la propagation de poussières).

 

METTRE EN OEUVRE ET MOTIVER

L’implication du management reste, comme pour tous les sujets sécurité et environnement, fondamental. « Si l’opérateur n’a pas le bon équipement pour aspirer, par exemple, il va finir par trouver ça normal d’avoir de la poussière partout », pointe Stéphane Genest, du cabinet de courtage en assurance Bessé. La transmission des informations sur le silo doit être assurée pour les nouveaux arrivants sur plusieurs années, car les conditions climatiques varient et une installation ne se conduit pas seulement sur l’ordinateur, mais doit être écoutée et regardée avec attention, pour identifier tôt toute situation à risque. « Il faut régulièrement rappeler le sens des procédures dont l’objectif n’est pas administratif, mais bien de positionner la place de chacun dans la chaîne de prévention », conclut Sébastien Richomme, chez Axéréal.

 

(l) https://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/accident/51118/
(2) https://www.csb.gov/imperial-sugar-company-dust-explosion-and-fire/

Yanne Boloh // SOURCE : AGRO DISTRIBUTION // 1 octobre 2018 – N°297

 

1 thématique 3 solutions :

> Formation : FORMEZ-VOUS A LA PREVENTION DES RISQUES D’EXPLOSION DE POUSSIERES AVEC NOS EXPERTS DU RISQUE INDUSTRIEL, découvrez le programme et planifiez votre session

> Conseil : Un nouveau projet, une extension, une modification sur un site stockeur ? ECHANGEZ SUR VOS PROCEDURES AVEC NOS CONSULTANTS POUR REDUIRE LES DUREES D’INSTRUCTION, être en conformité avec la réglementation et l’état de l’art coopératif tout en optimisant le cout des sécurités mises en place. Votre contact : Mathieu REIMERINGER

> Audit : Confiez vos ANALYSES POST-ACCIDENTELLES imposées par l’administration aux meilleurs experts du domaine. Votre contact : Mathieu REIMERINGER

le 11 Dec 2018

Par

"Consultant Formateur en risques industriels et professionnels pour Services Coop de France Il réalise des prestations d’audit sur la surveillance des structures auprès des coopératives agricoles et de leurs filiales, en pilotant le drone."